Plan HealthTech : comment faire évoluer le vivier français d’entreprises innovantes pour favoriser de grandes réussites industrielles ? 

Paris, le 13 avril 2021 – Alors que la crise de la COVID-19 fait porter beaucoup d’attentes sur l’innovation en santé, BCG, Bio-Up, Bpifrance et France Biotech ont travaillé ensemble à la production de pistes d’actions pour lever les freins qui empêchent encore les start-ups françaises d’atteindre leur plein potentiel. Ces entreprises Tech de la Santé, que l’on appellera les « healthtech » ont un rôle à jouer dans la réindustrialisation de la France et dans le renforcement de la souveraineté européenne.
L’état des lieux et les pistes d’action du « Plan HealthTech : du vivier aux grandes réussites », s’appuient sur plus de trente-cinq témoignages de dirigeants d’entreprises, experts du secteur, spécialistes de l’investissement et représentants des pouvoirs publics.
 
Malgré un vivier prometteur et un fort potentiel de recherche publique et privée, la France peine à faire émerger des champions de la Santé qui lui assurent une plus grande maîtrise de sa production et créent des emplois.
 
Notre pays compte bien plus d’entreprises Tech de la Santé cotées que l’Allemagne (61 contre 40) et leur capitalisation a augmenté de près de 70% en un an[1]. Cependant, il n’y a pas d’acteurs français ayant franchi durablement une valorisation supérieure au milliard d’euros contre six en Allemagne, dont deux supérieures à dix milliards. Or la taille critique est nécessaire pour enclencher une dynamique favorable à l’innovation et permettre la création de valeur et d’emplois pérennes.
 
En suivant la dynamique observée autour du hub de Boston au Massachusetts, les biotechs et medtechs pourraient représenter 180 000 emplois directs et indirects en France d’ici à 2030, soit 130 000 emplois supplémentaires par rapport à aujourd’hui.[2]
 
L’analyse d’autres “hubs” internationaux de biotechs (San Francisco, Bâle) révèle que les entreprises en forte croissante procurent un effet d’entraînement sur les autres et permettent d’enclencher un cercle vertueux. Faire émerger des entreprises Tech de la Santé capables de passer à l’échelle et d’être des succès industriels et commerciaux est absolument critique pour notre écosystème français.
 
A l’origine des freins identifiés, la rareté des compétences et la fragmentation encore trop importante des soutiens publics et privés de l’écosystème d’accompagnement des entreprises :
En analysant les expériences récentes des entreprises françaises Tech en Santé, les forces et les faiblesses de l’écosystème français apparaissent assez nettement, notamment sur le sujet des compétences clés et de la concentration des soutiens. Les efforts entrepris depuis plusieurs années n’ont pas encore pleinement porté leurs fruits et les conséquences sont aujourd’hui particulièrement visibles. En s’appuyant sur les témoignages du terrain, et d’experts ou de représentants-clé de la HealthTech[3], le rapport propose trois axes d’action pour capitaliser sur les dynamiques positives et ainsi infléchir notre trajectoire.
 
 
Plan HealthTech : Trois axes d’action pour capitaliser sur une dynamique positive et favoriser le changement d’échelle des entreprises du secteur :
 
Axe 1 : Talents, exécution, accompagnement :
 
S’assurer que les équipes (exécutifs, fonctions clefs, mais aussi administrateurs) de nos entreprises Tech de la Santé apportent le bon niveau d’expertise et d’expérience pour répondre à des enjeux de passage à l’échelle. La mobilisation d’une palette d’expertises doit aider nos entreprises à anticiper les choix stratégiques de développement et à disposer de capacités d’exécution aux standards industriels internationaux.
 
Mettre en place des mesures sectorielles d’accompagnement des entreprises sur les territoires prioritaires, à tous les stades de leur développement tel que le Hub Bpifrance, ou les communautés de mentoring et de partages d’expérience.
 
Favoriser la diversité et la profondeur des fonds d’investissement spécialisés dans la
Biotech et la Medtech et disposant d’une expertise internationale et de la capacité d’intervention suffisante.
 
Axe 2 : Politique industrielle de santé et structuration des filières : Définir des priorités par thèmes et géographies :
 
Sélectionner des “hubs” prioritaires pour concentrer les chances de réussite dans des géographies délimitées, bénéficier des effets de proximité et renforcer les acteurs locaux
 
Soutenir des thématiques clés telles que le développement de capacités de bioproduction, la digitalisation du secteur, la collecte et l’accès aux données à tous les stades du processus d’innovation (recherche, recrutement dans les essais cliniques, parcours de soins, données de vie réelle).
 
Créer une Agence Innovation Santé responsable de définir et de conduire une politique industrielle d’innovation en santé, de l’amont jusqu’à des sujets d’accès au marché et de fixation du prix. Cette agence doit contribuer au chemin de création de valeur médicale et économique par des interactions fortes entre entreprises innovantes et autorités de santé.
 
→ Axe 3 : Cadre administratif et attractivité.
 
Qu’il s’agisse du transfert de technologies, des essais cliniques ou de l’accès au marché, les efforts engagés pour simplifier le cadre administratif doivent se poursuivre, tout comme la collaboration entre les organismes de transfert de technologies, ainsi que le renforcement de l’attractivité de la France pour les essais cliniques.
 
Le mot des auteurs
 
« La HealthTech française a doublé son chiffre d’affaires en 5 ans et les biotechs ont vu leurs portefeuilles avancer vers la commercialisation. Il reste toutefois du chemin à parcourir. J’invite la France à s’inspirer des “hubs” multidisciplinaires internationaux. Leur expérience montre que les succès ont un effet d’entraînement sur les autres entreprises » précise Marie Humblot-Ferrero, Directrice associée au BCG.
 
« Les réussites entrepreneuriales déclenchent un cercle vertueux autour d’elles. Il suffit de quelques grands succès pour créer un vivier de talents et attirer de nouveaux investisseurs. L’excellence dans l’exécution et l’industrialisation est clé – nous ne devons pas hésiter à embaucher des experts internationaux ou faire revenir des français installés à l’étranger » détaille Elsy Boglioli, CEO et fondatrice de Bio-Up.
 
« L’écosystème HealthTech a beaucoup grandi ses cinq dernières années. Notre défi est désormais celui du renouvellement de l’ambition collective de tous les acteurs pour que la HealthTech devienne un grande filière technologique pour la France » commente Paul-François Fournier, Directeur exécutif Innovation de Bpifrance.
 
« Pour favoriser le succès de la HealthTech, il nous paraît aujourd’hui important d’assurer une continuité et une coordination entre la dynamique entrepreneuriale et le système de santé. Pour cela, les autorités de santé doivent définir leurs priorités en matière de besoins et contribuer à accompagner la création de valeur médicale et le déploiement des innovations pour que les patients en bénéficient le plus rapidement possible. Pour réintroduire cette politique industrielle offensive dans la santé, nous appelons à la création d’une Agence de l’Innovation Santé » conclut Franck Mouthon, Président de France Biotech.
La HealthTech, qu’est-ce que c’est ?
 
Si les définitions peuvent varier selon les institutions, on distingue communément trois grandes
catégories de startups au sein de la HealthTech :
 

  1. Les Biotechs recourent à des méthodes et des techniques utilisant des composants du vivant (molécules, cellules, organismes…) pour rechercher, modifier ou produire des produits de santé.
  2. Les Medtechs développent des dispositifs médicaux dans la robotique chirurgicale, la télémédecine, les technologies optiques, la cicatrisation ou encore l’imagerie médicale.
  3. Les entreprises “e-santé” utilisent les technologies numériques pour un meilleur parcours de santé, proposent des diagnostics à distance, et depuis peu de véritables thérapies numériques.

[1] Source : Analyse BCG, Données Thomson Reuters Eikon, capitalisation au 1er mars 2021 vs. 1er janvier 2020
[2] Source : “La French HealthTech. Faire de la France un Leader Mondial de la Santé”, France Biotech et Boston Consulting Group (BCG), Mars 2017.
[3] Voir liste complète dans “Auteurs et Contributeurs”.