Plan Deeptech de Bpifrance : une accélération forte en 2020 et des objectifs réhaussé en 2021

Paris, 15 mars 2021 – En 2020, malgré la crise, Bpifrance a renforcé massivement son soutien aux startup deeptech, de leur démarrage à leur croissance, et intensifié la coopération entre les acteurs de l’écosystème. Au vu de la dynamique depuis le lancement du Plan en 2019, l’objectif initial d’investir 1,3 Md€ directement et indirectement dans les startup Deeptech d’ici 2023 est réévalué à 2 Md€ (7 Md€ avec l’effet de levier) et les financements augmenteront de 50% dès 2021.
 
Le Plan Deeptech a été lancé en janvier 2019 pour faire de la France un acteur majeur de l’innovation de rupture à l’échelle internationale. Ce plan, doté initialement de 2,5 Md€ sur cinq ans comporte trois volets majeurs : stimuler la création avec un objectif annuel de 500 startup deeptech créées, mobiliser massivement des moyens pour accompagner la croissance et construire les leaders industriels de demain, et dynamiser les écosystèmes d’innovation sur les territoires et par filières.
 
« Si l’année écoulée a rebattu de nombreuses cartes, elle a aussi renforcé notre conviction que les technologies de rupture répondent aux principaux enjeux sociétaux de demain. La deeptech sera un levier clé pour assurer une plus grande résilience face aux crises sanitaires, contribuer à la relance par une économie plus verte et accélérer la réindustrialisation.» constate Paul-François Fournier, directeur exécutif innovation de Bpifrance. « La dynamique de 2020 nous conduit à rehausser nos ambitions de financement et d’investissement. »

Les 1 700 startups deeptech françaises sont de plus en plus présentes dans le paysage de l’innovation. Alors qu’elles ne représentent que 10% des startup françaises elles constituent à elles seules 28% du French Tech 120 et captent plus de 20% montants levés, avec 1,1 Md€ en 2020. Elles sont pourvoyeuses de 15 000 emplois directs, répartis sur l’ensemble du territoire (70% d’entre elles sont installées hors de l’Ile-de-France) et irriguent également les tissus industriels à l’image des futures usines d’Ynsect (Somme) ou Aledia (Isère).
Grâce au Fond National d’Amorçage, géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA), l’écosystème d’amorçage deeptech dispose désormais d’un socle solide. Les startup deeptech représentent ainsi 60% du portefeuille sous-jacent du FNA et 20 % d’entre elles concernent les Greentech.  Avec un multiple à date de 1,3, les rendements des fonds deeptech souscrits par le FNA sont proches de la moyenne des rendements des autres fonds de son portefeuille, ce qui démontre la solidité du modèle.
 
Le monde de la recherche est désormais largement mobilisé pour la réussite du plan qui porte déjà ses fruits  

  • 200 startup deeptech ont été créées en 2020, soit 40% de plus qu’avant le déploiement du Plan,
  • 44 % des doctorants considèrent désormais l’entreprenariat comme une option à l’issue de leur thèse[1].
  • Pour sa première édition sur 2019-2020, le Deeptech Tour a fait escale sur 16 campus et réunis plus de 10 000 participants en présentiel et en digital.
 
Par ailleurs, le concours i-phd qui est venu compléter dès 2019 le continuum des concours d’innovation i-nov et i-lab, est renforcé donnant accès aux 50 lauréats à 2 M€ de financements.
 
Les acteurs français du transfert de technologie et de l’innovation deeptech se sont structurés avec la création d’une véritable dynamique d’équipe. La première étape de cette collaboration est la co-construction de la plateforme Les Deeptech (www.lesdeeptech.fr) qui vise à faciliter le parcours des
porteurs de projets deeptech.
 
La gamme de services déjà disponibles, tels que la communauté de startups ou la mise en relation avec des fonds d’investissement, va s’enrichir au fil des mois avec notamment des formations, la mise à disposition de documents type et de guides pratiques.  Dès l’été 2021, un service de recrutement d’associés cofondateurs sera opérationnel pour attirer les talents, y compris internationaux, vers les startup issues du monde de la recherche. 
 
Accélérer l’impact de la deeptech sur les enjeux sociétaux majeurs : hausse de 50% des financements dédiés aux startup deeptech en 2021 et des objectifs d’investissement réévalués de 40% pour atteindre 2 Md€ en 2023 (7Md€ avec l’effet de levier).
 
Forts de la dynamique engendrée depuis la mise en place du Plan deeptech en 2019, l’ambition de Bpifrance et de ses partenaires en 2021 est de préfigurer les futurs leaders industriels et d’apporter des solutions durables aux défis de notre société.
 
Conscient que les startup deeptech sont des acteurs clés face aux enjeux de réindustrialisation du pays, créatrice de valeur et d’emplois durables, mais aussi de la santé et du réchauffement climatique, des actions spécifiques de soutien massif sont déployées en 2021 sur ces trois axes :
  • Greentech, qu’il s’agisse d’énergie, de protéines alternatives ou d’agriculture de précision, avec notamment la création du fonds Ecotechnologies 2 d’un montant de 300 M€, dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA).
  • Santé, l’année 2021 s’ouvre avec le lancement du startup studio ArgoBio, doté de 50 M€. ArgoBio a pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.
  • Industrie du futur, dans l’objectif créer des ponts entre la French Tech et la French Fab et ainsi accélérer le développement de startups deeptech à vocation industrielle, nécessaires pour dynamiser l’industrie sur tout le territoire.
 

[1] Source : baromètre de l’appétence à l’entreprenariat des jeunes chercheurs, mis en place parallèlement au concours i-phd,