Fab’entech lève 8,5 millions d’euros pour accélérer le développement et la mise sur le marché de ses traitements d’immunothérapie passive

Lyon, le 31 janvier 2020 – Fab’entech, société biopharmaceutique lyonnaise créée en 2009 et spécialisée dans l’immunothérapie pour situations d’urgence, boucle une nouvelle levée de fonds d’un montant de 8,5 millions d’euros menée par Definvest, le fonds du ministère des Armées géré par Bpifrance, avec la participation de l’Institut Mérieux ainsi que de ses investisseurs historiques, Elaia, Sigma Gestion et Kreaxi – investisseurs privés – et de son fondateur, Bertrand Lépine.
 
Avec cette levée de fonds, Fab’entech dispose des moyens nécessaires pour développer et produire des traitements qui lui permettront d’accéder à des marchés de niche pour lesquels sa technologie est particulièrement adaptée. La société a notamment obtenu des résultats scientifiques de preuves d’efficacité encourageants pour le développement d’un antidote de biodéfense développé avec le soutien de la
Direction générale de l’armement (DGA), avec une mise sur le marché envisagée prochainement.
 
Florence Parly, ministre des Armées, salue cette levée de fonds : « Fab’entech, dont les travaux entrent tant dans le champ des applications militaires que civiles, rejoint ainsi notre écosystème. Nos armées ont une mission, protéger les Français. En choisissant de soutenir Fab’entech, elles s’y emploient pleinement grâce à une PME dont le savoir-faire unique s’inscrit dans notre exigence de souveraineté nationale en matière de lutte contre les risques liés au bioterrorisme. » 
 
 Un nouvel élan pour une technologie éprouvée
 
Fab’entech dispose d’un savoir-faire dans l’immunisation de chevaux à partir d’antigènes d’intérêt pour la production d’anticorps polyclonaux. Ces derniers sont ensuite purifiés et soumis à une digestion enzymatique pour produire des fragments d’anticorps, les F(ab’)2. Débarrassés de leur portion Fc, les fragments d’anticorps gardent leurs propriétés de neutralisation, diffusent plus vite, et sont très bien tolérés. La polyclonalité permet de cibler différentes parties de l’antigène d’intérêt, au contraire des anticorps monoclonaux qui vont être spécifiques d’une partie seulement. Ainsi, ils sont plus tolérants aux modifications que peut subir l’antigène, dans le cadre de mutations par exemple.
 
Cette technologie d’immunothérapie passive est issue d’un procédé initialement développé par Sanofi-Pasteur et licencié en 2011 à Fab’entech. Elle permet de reconnaître de manière ciblée et de neutraliser spécifiquement un virus ou une toxine, écartant le risque létal pour le patient. L’efficacité et la sécurité de cette approche sont largement démontrées par Fab’entech.
 
Bpifrance soutient déjà Fab’entech dans le développement de produits contre les virus émergents au travers du projet ISI EMERIT pour lequel la société a bénéficié d’une aide de 7 millions d’euros en 2012.
 
Une levée de fonds pour doter la société de capacités de production industrielle et développer une gamme complète de produits
 
Grâce à ce nouveau tour de table, Fab’entech va se doter, à Lyon, de capacités industrielles pour la production et la commercialisation de lots BPF cliniques et commerciaux qui seront opérationnelles dès 2020.

Sur la base de sa plateforme technologique très polyvalente, Fab’entech poursuivra le développement d’une gamme de produits dans les domaines de l’anti-infectieux et de la médecine d’urgence.
 
« Cette levée de fonds est une magnifique opportunité pour Fab’entech d’entrer dans une nouvelle phase de son développement industriel. C’est aussi beaucoup de fierté d’accueillir à nos côtés des partenaires aussi prestigieux que Definvest géré par Bpifrance et l’institut Mérieux qui vont pouvoir nous apporter ainsi toute leur expertise et leur soutien. Cette levée de fonds est aussi l’occasion de remercier chaleureusement nos investisseurs historiques qui, par leur soutien sans faille, ont permis le développement de l’entreprise et continuent ainsi de marquer leur confiance dans l’équipe et l’avenir de Fab’entech. Autant de soutiens qui renforcent plus encore notre exigence de réussite toujours présente au cœur des équipes de Fab’entech que je remercie à cette occasion pour leur engagement. Nous sommes désormais en marche pour construire ensemble un futur leader européen capable de répondre aux grands enjeux de santé publique de demain » explique Bertrand Lépine, le dirigeant fondateur de Fab’entech.
 
Paul-François Fournier, Directeur exécutif en charge de l’innovation chez Bpifrance, déclare : « Nous sommes ravis d’approfondir nos liens avec Fab’entech, une société que nous accompagnons depuis longtemps à travers nos dispositifs d’aides au financement de l’innovation. Nous avons la conviction qu’elle a désormais les moyens de franchir un cap de croissance et d’entamer sa transformation en véritable société industrielle et commerciale. Le savoir-faire de production de Fab’entech lui permet d’envisager une position de leader européen dans les traitements d’immunothérapie passive. »
 
« L’Institut Mérieux se félicite d’accompagner Fab’entech au travers de cette levée de fonds aux côtés de Definvest géré par Bpifrance et des actionnaires historiques. Nous intervenons à un moment où la société rentre dans une nouvelle phase » précise Hedi Ben Brahim, directeur opérationnel du pôle immunothérapie à l’Institut Mérieux.
 
« Dans le cadre de son action de veille technologique dans le domaine de la protection face à l’évolution de la menace biologique, la DGA a identifié en 2014 la technologie de Fab’entech qui permet d’élaborer à coût et délais limités des sérums polyclonaux. Nous avons soutenu de 2016 à 2019 la montée en maturité de cette technologie duale présentant des applications possibles pour la protection des militaires mais aussi des retombées pour les marchés civils. Compte tenu des résultats très encourageants obtenus, nous poursuivons notre collaboration avec Fab’entech en vue d’être en capacité d’industrialiser leur procédé de fabrication de sérums.» déclare François Mestre, chef du service des affaires industrielles et de l’intelligence économique au sein de la Direction générale de l’armement (DGA) du ministère des armées.
 
 
Les cabinets d’avocats Degroux Brugère et Jacubowicz Mallet- Guy et associés ont accompagné et conseillé les parties lors de cette opération.