Baromètre de l’activité internationale des entreprises françaises. 
 

Les entreprises françaises retrouvent le chemin de l’export mais avec une visibilité réduite et des carnets de commandes en baisse
 
 
Paris, le 18 juin 2020 – La Team France Export publie ce jour son « Baromètre TFE numéro 2 » basé sur plus de 6 000 entretiens[1] conduits entre le 30 mars et le 29 mai 2020 par les conseillers « International » TFE dans toutes les régions.
Ce document, issu de leur écoute terrain, reflète les problématiques spontanément évoquées par les entreprises ayant des intérêts à l’export, les solutions mises en place ou recherchées par l’entreprise dans cette phase de transition et pour la préparation de l’avenir.
 
Le principal enseignement de cette nouvelle édition est que 65% des entreprises interrogées en mai déclarent continuer à exporter, même en mode dégradé, contre 55% le mois précédent (gain de 10 points en un mois). Et pour les entreprises impliquées à l’export pour plus de 30% de leur activité globale, ce taux s’établit à 71% ; cette part passe à 81% pour celles interrogées en mai (+13 points par rapport au mois d’avril). Cela souligne le maintien d’une dynamique pour l’international.
 
Pour ces entreprises qui poursuivent leur activité export, les principales difficultés rencontrées sont de deux ordres : le manque de visibilité sur l’avenir des marchés qui passent de 30% à 37%, et les baisses sensibles de commandes évoquées en majeure dans 25% des entretiens contre 21% le mois dernier. Les problèmes logistiques rencontrés ont quant à eux tendance à se résorber (20% contre 27% en avril).
 
Il est à noter que les principales complications rencontrées diffèrent selon le secteur d’activité. Le manque de visibilité se retrouve surtout pour la filière Industries et Cleantech (40% des entreprises interrogées) et pour la filière Tech & Services (jusqu’à 60% dans les techs). La baisse des commandes est observée plus particulièrement dans le secteur Agrotech (33% des entreprises pour les vins et spiritueux, ce taux est porté de 40 à 48% pour les exportateurs confirmés). Enfin, ce sont des problèmes de logistique (26% des entreprises) qui perturbent l’activité de la filière Art de Vivre, qui s’expliquent notamment par une réouverture très progressive des points de vente à l’étranger, l’écoulement des stocks en priorité et la perturbation des collections. Pour la santé plus spécifiquement, les indicateurs sont plus positifs malgré quelques difficultés financières évoquées chez les petites entreprises.
 
 
 « Dans un contexte mondial de crise sanitaire et économique, nos entreprises tricolores maintiennent leur activité à l’international. Notre mission est de les accompagner, de les soutenir, de les informer sur des marchés mouvants pour qu’elles puissent, demain, reprendre leurs positions et saisir les nouvelles opportunités de l’export.  Nos principaux concurrents sont déjà sur le pied de guerre. Toutes les équipes de la TFE, en France et dans le monde, sont mobilisées pour que nos entreprises sortent gagnantes ! » souligne Christophe Lecourtier, Directeur général de Business France.

« Près de 1000 entreprises franciliennes interrogées sur nos territoires dans le cadre du baromètre n°2 de la Team France Export, par une équipe commune de conseillers internationaux issus de la Chambre de commerce et d’industrie régionale et de Business France… Un objectif : informer et accompagner les chefs d’entreprises, notamment de TPE et de PME, dans la relance de l’internationalisation de leurs entreprises, en appréhendant au mieux leurs difficultés opérationnelles du moment… Un suivi particulier des filières qui pèsent en Ile-de-France comme Tech et Services, Industrie-Cleantech et Art de vivre-Santé » précise Didier KLING, Président de la CCI de région Paris Île-de-France. 
 
« De nombreuses entreprises ont maintenu leurs positions et leurs projets à l’export malgré la crise. Nous devons à présent les guider et les aider à penser au monde de demain et à adapter nos produits et services aux nouveaux modes de distribution et aux enjeux de développement durable, la reconquête c’est maintenant » déclare Pedro Novo, directeur exécutif Export de Bpifrance
 

 


[1] Sur 6173 entretiens avec des TPE (38%), PME (56%) et ETI (6%) exportatrices (41% réalisent + de 30% du CA à l’export et 59% moins de 30%*) : * la barre des 30% à l’export est un parti-pris = l’international est un élément très substantiel du modèle économique de l’entreprise.