French Tech Tour China 2018 : Bpifrance et Business France dévoilent les 16 startups lauréates de l’édition 2018 du French Tech Tour China numérique et énergie

Paris, le 23 octobre 2018 – Bpifrance et Business France annoncent les noms des 16 startups sélectionnées pour le French Tech Tour China 2018. Les lauréats bénéficieront de deux semaines d’immersion dans les villes-écosystèmes de l’Innovation chinoise du 26 novembre au 7 décembre.
 
Organisé par Bpifrance et Business France, la troisième édition du French Tech Tour China, se décline en 2018 autour des secteurs du numérique et de l’énergie. Ce programme d’immersion permet aux startups de la French Tech de saisir les opportunités du marché chinois.
 
Sélectionnées par un jury* d’experts français et chinois, composé d’acteurs industriels, d’investisseurs, d’entrepreneurs français ayant réussi en Chine et de directeurs techniques au profil international, les seize startups bénéficieront d’un accompagnement sur mesure en Chine pendant deux semaines précédées par deux journées de formation intensive les 23 et 24 octobre dans les locaux de Bpifrance. Après une présentation des spécificités des principaux centres chinois de la tech, les startups seront sensibilisées aux différentes problématiques concernant la propriété intellectuelle, les ressources humaines, les outils de communication et la culture des affaires chinoises. Elles bénéficieront également d’une formation à l’exercice du « pitch ».
 
L’édition 2018 du French Tech Tour China permet aux startups de se rapprocher des quatre écosystèmes parmi les plus innovants en Chine : Shanghai, Shenzhen, Hong-Kong ou Chengdu et Pékin. Les seize dirigeants issus du secteur du numérique (Internet, Fintech, Télécommunications, Audiovisuels, l’IoT-M2M, design et fabrication de matériel électronique) et du secteur de l’énergie (énergies renouvelables, stockage, smart grids, efficacité énergétique …) rencontreront des prospects et partenaires potentiels lors des deux semaines d’immersion.
 
En participant à ce programme d’immersion dans le marché chinois, les startups atteindront deux objectifs essentiels :
 

  • Accroitre leur visibilité et initier des courants d’affaires
    • Rencontrer des clients, partenaires et investisseurs potentiels
    • Bénéficier de séances collectives de coaching en amont et d’un débriefing sur place avec des professionnels qualifiés pour mieux comprendre le marché potentiel
    • Renforcer leur notoriété grâce à la participation à des conférences de presse ainsi qu’une communication sur internet et les réseaux sociaux mobile chinois (création compte WeChat)
  • Maîtriser les pratiques d’affaires et d’implantation
    • S’approprier les spécificités juridiques, comptables, fiscales et managériales pour animer des équipes franco-chinoises
    • Etre coaché sur la pratique du « pitch », la négociation et les pratiques d’affaires en Chine par des experts

 
Paul-François Fournier, Directeur exécutif Innovation de Bpifrance déclare : « Alors que la Chine constitue le deuxième écosystème tech mondial, French Tech Tour China représente la première étape d’un programme de développement business pour les start-ups françaises, complété, pour les plus « China ready » d’entre elles, par Impact China qui vise à l’accélération. Ils s’inscrivent pleinement dans la stratégie d’accompagnement de la croissance des entreprises de Bpifrance. »

Thomas Vial, directeur du département Tech et Services de Business France Chine souligne : « La Chine n’est définitivement plus l’usine low-cost du monde, elle est devenue le deuxième écosystème technologique mondial. Pour accompagner cette montée en gamme, elle s’ouvre aux innovations venues de l’étranger, non seulement pour son propre marché mais également comme tremplin pour accompagner les grands champions chinois dans leur internationalisation. La Chine est un marché d’opportunités mais pas opportuniste, il est très compétitif et il faut être solide, motivé et bien préparé pour s’y lancer. C’est toute l’ambition de ce programme : donner les clefs de la réussite à nos start-ups en Chine. »