Des acteurs majeurs dans la santé en France s’engagent ensemble pour redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), à travers le Consortium PACIFIC

Paris (France) – Le 21 janvier 2019 – Sanofi, Servier, Medicen Paris-Région, Bpifrance, le Secrétariat Général Pour l’Investissement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Inserm, Bioserenity, Casis, Fealinx et Firalis annoncent le lancement du consortium PACIFIC (Physiopathologie, Classification, Innovation dans l’Insuffisance Cardiaque) pour redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP).
 
Les maladies cardiovasculaires sont de loinla première cause de mortalité dans le monde et parmi ces pathologies, l’insuffisance cardiaque (IC), qui affecte près d’un million de personnes en France1,est en constante augmentation. La moitié des patients en insuffisance cardiaque présente une forme dite à fraction d’éjection préservée (ICFEP), pathologie complexe, méconnue, très hétérogène et souvent associée à de multiples comorbidités. 
La maladie est source d’un grand nombre d’hospitalisations, avec des répercussions importantes sur la qualité de vie des patients et un impact significatif sur les dépenses de santé. Le pronostic de cette pathologie reste sombre : un patient sur deux2décède dans les cinq ans qui suivent son apparition. 
 
Le diagnostic de cette maladie est difficile car il n’existe aucun test diagnostic spécifique. A ce jour, aucun traitementdans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée n’a fait ses preuves sur la réduction de la mortalité ou du nombre d’hospitalisations. L’ICFEP reste le plus grand besoin médical non satisfait en cardiologie.
 
Une nouvelle approche de la maladie, transdisciplinaire et structurante
La création du consortium PACIFIC apour ambition de redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), à travers une approche globale qui associeavancées scientifiques et technologies de rupture. L’objectif majeur est d’améliorer la prise en charge des patients et leur permettre de suivre un parcours de soins adapté. 
 
PACIFIC est un Projet de recherche et développement Structurant Pour la Compétitivité (PSPC) de la recherche médicale française qui s’inscrit sur une durée de cinq ans. Opérés par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, les PSPC ont pour vocation de structurer les filières industrielles ou d’en faire émerger de nouvelles, grâce à la collaboration de partenaires privés et académiques autour d’un projet ambitieux.  
 
PACIFIC a fait l’objet d’un appel à projet en 2017, lancé par les laboratoires Sanofi et Servier, conjointement avec le pôle de compétitivité Medicen Paris Région.
 
Le projet PACIFIC a pour objectif majeur de redéfinir l’ICFEP afin de :

  • Mieux comprendre l’hétérogénéité des profils de patients (phénotypes) en mettant en place une étude clinique prospective pour collecter des données plus exhaustives.
  • Pouvoir stratifier la population de patients dans des sous-groupes plus homogènes.
  • Appliquer les innovations les plus récentes dans le domaine de l’intelligence artificielle (apprentissage machine non supervisé et supervisé) en santé, pour permettre une analyse approfondie des données et développer une médecine de précision. 
  • Développer des outils diagnostiques spécifiques.
  • Structurer une filière d’innovation en France autour de l’ICFEP.

 
 
Un projet au service du parcours de soins du patient
Les avancées scientifiques et technologiques qui seront réalisées dans le cadre du projet PACIFIC, devraient permettre de proposer aux patients souffrantd’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), un diagnostic personnalisé, simple et rapide ainsi qu’un parcours de soins optimisé en vie réelle.
 
Ces progrès seront possibles grâce au développement et la validation de nouveaux algorithmes permettant la stratification des patients. De plus, la progression des connaissances de l’ICFEP et les expériences acquises tout au long du projet, pourraient ouvrir la voie au développement de futurs traitements personnalisés pour chaque sous-population de patients atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée(ICFEP).
 
(1) De Peretti, et al. Prévalence et statut fonctionnel des cardiopathies ischémiques et de l’insuffisance cardiaque dans la population adulte en France : apports des enquêtes déclaratives « Handicap-Santé » BEH 2014; (9-10):172-81
 
(2) Nature Review in Cardiology. 2017; 14: 591-602 / Dunlay Shannon et al.
 
 
Un projet innovant et unique, réunissant des partenaires clés de la santé en France
 
Financé par des fonds publics et privés et coordonné par l’AP-HP qui assurera notamment la réalisation en tant que promoteur de l’étude clinique, le projet PACIFIC réunit au sein d’un consortium piloté par Sanofi, l’expertise clinique et de recherche de grands acteurs de la santé en France : 
 
– Sanofi et Servier apporteront leurs compétences en matière de Data management, d’analyses biologiques et biostatistiques en vue de développer à moyen terme de nouvelles solutions thérapeutiques.
 
– Les cinq centres cardiologiques et d’investigations cliniques experts de l’AP-HP– Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP), Bichat, Henri-Mondor, Lariboisière, Pitié-Salpêtrière recruteront les patients sous la coordination du Pr Jean-Sébastien Hulot, HEGP.
 
L’unité 979 / 7587 « Physique des ondes pour la médecine »(unité Inserm – CNRS-ESPCI), l’unité U970 « Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire – PARCC » (Unité Inserm – Université Paris-Descartes) et l’unité 1146 « Laboratoire d’imagerie biomédicale – LIB »(unité Inserm – CNRS – Sorbonne Université) apporteront leur expertise dans le domaine des ultrasons biomédicaux et de l’analyse de l’imagerie cardiovasculaire.
 
– Les quatre PME développeront des technologies et logiciels innovants de mesure et d’analyse : Bioserenity(textiles connectés pour suivi des patients à distance), Casis (logiciels d’analyses d’images par IA), Fealinx(développement d’algorithmes d’IA), et Firalis(biomarqueurs diagnostiques solubles et moléculaires).
 
Cette collaboration, est possible grâce au soutien de Medicen-Paris-Région, fédérateur de l’ensemble des acteurs d’innovation en santé en Ile-de-France et de l’excellence de l’écosystème scientifique français.
 
Dr. Philip Janiak, Directeur de Recherche, Unité Cardiovasculaire et Métabolisme Sanofi, déclare : « Ce consortium inédit à ce jour réunit les meilleurs experts publics et privés en France, pour conduire un projet innovant d’envergure internationale en cardiologie au service d’un enjeu de santé publique majeur. Sanofi, leader du secteur de la santé et de la recherche biomédicale en France, pilotera ce projet aux côtés de Servier, de Medicen Paris Région, et de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris.» 
 
Dr. Benoît Tyl, Directeur Recherche translationnelle et clinique cardio-vasculaire de Servier, déclare : « Servier est un acteur majeur depuis plus de 20 ans dans le domaine de la cardiologie, un de ses axes de Recherche prioritaires. Ce nouveau projet s’inscrit dans la philosophie de Servier qui associe son savoir-faire à celui de partenaires aux connaissances et aux technologies complémentaires, qu’ils soient publics, notamment académiques, ou privés, pour offrir de nouvelles solutions thérapeutiques porteuses d’espoir pour les patients. »
 
Paul-François Fournier, Directeur exécutif Innovation de Bpifrance, déclare : 
« Nous sommes très heureux de soutenir ce projet de recherche, qui associe des acteurs français publics privés de premier plan, des grands groupes comme des PME. Il illustre parfaitement la capacité de mobilisation commune de nos différents écosystèmes d’innovation au service de projets ambitieux et résolument tournés vers le progrès médical. »
 
Christian Lajoux, Président de Medicen Paris Région, déclare : « Medicen se réjouit de l’avancée du projet Pacific. Ce projet illustre la capacité d’ensemblier et de facilitateur du pôle de compétitivité au service de l’excellence et de la compétitivité de l’écosystème Francilien et national, un des plus performants au monde. » 
 
Pr Jean-Sébastien Hulot, du centre d’investigations cliniques CIC1418 à l’Hôpital Européen Georges Pompidou AP-HP, déclare : « L’AP-HP sera le promoteur et l’unique centre recruteur de patients dans le cadre du projet de recherche PACIFIC. Dans ses cinq centres cardiologiques experts dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, coordonnés par l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, nous identifierons les patients, mettrons en place les investigations cliniques et collecterons les données utiles à l’étude. L’AP-HP mettra ainsi au service de ce véritable enjeu de santé publique son expertise d’acteur incontournable de la recherche clinique, en plus de son matériel de pointe (plateau d’imagerie et de biologie…). »
 
Jean-Joseph Christophe, Président de CASIS, déclare : « A CASIS nous sommes très enthousiastes à l’idée de relever les défis en analyse d’imagerie du cœur pour une meilleure compréhension de l’insuffisance cardiaque. Nous sommes également ravis de l’opportunité de participer à un projet d’ampleur portant des ambitions fortes. »
 
Marc Frouin, Président de Bioserenity France, déclare : « Pour le déploiement du digital au service de la santé en France, BFM dirait que nous avons tout pour réussir. De ce fait, il est extraordinaire de pouvoir co-travailler avec un groupe d’experts qui sont chacun les meilleurs dans leur catégorie. Pour BioSerenity et ses 150 jeunes salariés, ce projet correspond à notre objectif d’aider des millions de patients, en leur apportant une solution pour une meilleure prise en charge de leurs pathologies. » 
 
Professeur Hüseyin FIRAT, DGU de Firalis, déclare : « Firalis est très heureux de contribuer au projet PACIFIC. Par le biais de ses outils de séquençage ciblés propriétaires tels que FiMICS et BIOPRED, et de plates-formes innovantes telles que FiMAP, Firalis développera de nouveaux outils de médecine de précision basés sur les biomarqueurs pour les soins des patients ICFEP. » 
 
Bruno Virieux, Directeur Général de Fealinx, déclare : « C’est par l’intelligence augmentée, association de l’intelligence humaine des acteurs du consortium et les technologies d’intelligence artificielle  apportée par Fealinx, qu’une meilleure compréhension de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée sera possible ! » 
 
Jean-Luc Moullet, Directeur de programme, Secrétariat général pour l’investissement, déclare : « Le projet PACIFIC est emblématique des projets lauréats du Programme d’investissements d’avenir. Il répond à un enjeu médical fort de diagnostic et de conception de traitements pour les treize millions de personnes touchées par l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée. Il est fortement collaboratif, en associant start-up, hôpitaux et laboratoires public de recherche ainsi que grands laboratoires pharmaceutiques. Il adresse des verrous technologiques variés dans les domaines de l’imagerie cardiaque, des biomarqueurs moléculaires ou encore d’algorithmie de stratification ou de diagnostic. Il est enfin également porteur d’une ambition forte en termes de développement d’activité et d’emploi. Le Secrétariat général pour l’investissement se réjouit donc d’avoir pu accompagner ce projet à hauteur de 7.3m€, dont plus de la moitié sous forme d’avances récupérables. »