Bilan du projet Dry to Fly : le consortium emmené par Mecachrome a conçu un nouveau procédé de fabrication de pièces industrielles de grandes dimensions à haute performance économique, énergétique et environnementale

Paris, 25 juin 2019 – Le projet Dry To Fly, emmené par le groupe Mecachrome, a conçu un nouveau procédé d’Eco-Fabrication 3D imbricative et intelligente de pièces de grandes dimensions, à haute performance économique et environnementale. Cette avancée signe l’aboutissement du projet Dry To Fly, qui a reçu un financement à hauteur de 5 millions d’euros en tant que Projet de Recherche et Développement structurant pour la compétitivité (PSPC), dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), opéré par Bpifrance pour le compte du Secrétariat général pour l’investissement.
 
Un projet d’industriels PME et ETI très innovant, positionné sur des marchés à fort potentiel et intensité concurrentielle internationale, associant des acteurs de zones géographiques très compétitives :
Dry To Fly apporte une réponse globale pour développer des nouvelles approches hybrides innovantes en rupture avec les paradigmes conventionnels afin de baisser de plus de 30% les coûts de production des pièces de grandes tailles, en diminuant l’engagement matière, en baissant les coûts d’investissement et de possession des machines, en accélérant l’industrialisation des pièces, tout en améliorant l’impact environnemental des techniques mises en oeuvre.
 
Le projet a permis de révolutionner les approches traditionnelles additives et soustractives qui sont en limite de performances pour la fabrication des pièces de grandes dimensions. Les innovations majeures portent sur l’intégration de nouvelles approches hybrides en rupture par rapport à l’existant, telles qu’une nouvelle approche de fabrication basée sur architectures machines d’usinage local, des solutions avancées pour l’usinage assisté par cryogénie, des nouvelles stratégies de fabrication soustractive par découpe 3D.

Les membres du consortium :

  • Les sociétés MECACHROME, CIRTES, MPM, EVATEC Tools, MISSLER Sofware, CETIM et INORI ont décidé de se regrouper afin de développer un nouveau type de machines-outils innovantes répondant aux contraintes industrielles et économiques du marché de la fabrication de pièces de grandes dimensions.
  • Le chef de file est le Groupe MECACHROME qui est accompagné par la société de R&D technologique CIRTES pour proposer des solutions techniques innovantes et de rupture avec les approches traditionnelles. La plate-forme d’innovation INORI SAS assiste le chef de file et assure la coordination du projet.
  •  
Les résultats du projet :

Le projet a permis de concevoir un nouveau concept de cellule de fabrication soustractive intelligente, pour produire des Pièces de Grandes Dimensions hautes performances, optimisant les performances économique, énergétique et environnementale. Elle met en œuvre les solutions suivantes :

  • La découpe imbricative 3D de technologie OptoCut 3D : gain matière de 30%
  • L’usinage assisté par cryogénie de technologie CRYO7® : gain de productivité de 100% – baisse du coût outil coupant de 32%
  • L’usinage local : réduction des investissements de 50% – baisse des temps d’opérations manuelles de 30%
Le projet Dry to Fly est labellisé par trois pôles de compétitivité : Matéralia, Viameca et EMC2.
 

Les enjeux du projet :
L’usinage de pièces de grandes tailles (> 1m) est habituellement réalisé avec des centres d’usinage traditionnels :

  • d’un coût très élevé, basé sur un portique pour déplacer la tête sur des zones bien délimitées à usiner,
  • nécessitant l’usage d’une quantité importante de  fluides de coupe,
  • nécessitant en amont une programmation longue et couteuse du programme par FAO (Fabrication Assistée par Ordinateur).
Aujourd’hui, la recherche de compétitivité économique et environnementale est un enjeu majeur pour les usineurs de ce type de pièces de grandes dimensions. Les marchés ciblés concernent l’usinage des pièces de grandes tailles de plusieurs mètres de longueur, pour lesquelles les machines existantes ne sont pas toujours adaptées techniquement et économiquement. Ce sont principalement les marchés : Aéronautique, Spatial, Energie (Nucléaire, Eolien, Hydrolienne, Pétrole), Transports (Terrestre, Ferroviaire, Maritime-Naval), Outillages, Défense…
 
Les grands usineurs de ce type de pièces cherchent ainsi à renforcer leur compétitivité en optimisant les performances économiques (coûts d’investissement et d’exploitation) et les performances environnementales de leurs procédés. Apporter une meilleure réponse aux exigences environnementales est nécessaire pour renforcer leurs avantages concurrentiels, développer leur production en France, attaquer l’international dans de meilleurs conditions. Il s’agit aussi de contrer la tendance de localisation proche des marchés à potentiel notamment pour l’aéronautique (Asie et Amérique).

 
Les chiffres-clés de Dry to Fly :
 
Montant du projet : 12,5 M€
Durée : 48 mois
Effectif de l’ensemble des partenaires : 3 213 personnes
Emplois confortés pour l’ensemble : 277
Prévision de création d’emplois pour l’ensemble : 58
Génération de CA estimée sur 5 ans : 137 M€