ACTIVITE DU PREMIER SEMESTRE 2019

Poursuite de la forte dynamique de financement des entreprises, en France et à l’export. La Transition Energétique et Ecologique devient un moteur de croissance pour le Groupe.
Semestre très actif pour le métier de l’investissement, avec une importante rotation des participations du portefeuille.




1. Garantie : UNE LEGERE CONTRACTION qui masque une réalite contrastée en fonction de la finalite des prets bancaires garantis  
L’activité de Garantie, outil privilégié d’intervention en faveur des TPE, notamment sur les phases sensibles que sont la création et la transmission d’entreprises, est en léger retrait avec 4,2 milliards d’euros d’accords en montant de prêts garantis au S1 2019 (-3% vs. S1 2018). 30 000 entreprises ont été bénéficiaires de la Garantie Bpifrance au travers de leurs banques commerciales.
Ce léger recul masque des évolutions contrastées, avec d’un côté une baisse de la Garantie sur les prêts à finalités d’investissement, due à un moindre recours des banques à Bpifrance sur ce segment d’activité. En revanche la Garantie Bpifrance est davantage sollicitée sur les prêts bancaires à finalités de créations d’entreprises, marquant un niveau élevé de confiance des entrepreneurs et une activité forte des banques sur le financement de la création d’entreprises.

2. FINANCEMENT : UnE ACTIVITE TRES DYNAMIQUE AVEC 8,75 Mds d’euros de financements (HORS CICE) injectés dans les entreprises françaises au 1er semestre 2019  
Avec près de 3,9 milliards d’euros de crédits à moyen et long terme mis en place sur la période, représentant une hausse de plus de 14%, le premier semestre 2019 témoigne d’une activité particulièrement dynamique pour le métier du Financement.
 
Cette performance trouve racine dans l’activité du financement de l’investissement qui a été particulièrement performante, avec 2,8 milliards d’euros d’engagement. Ce niveau de production est porté par le financement de la Transition Energétique et Ecologique (TEE), qui constitue, plus que jamais, un axe stratégique de Bpifrance. 800 millions d’euros de financements ont été engagés au 1er semestre 2019 pour des projets portant sur la TEE, en hausse de 16% par rapport au S1 2018. Les autorisations de crédits pour des projets TEE, se montent, elles, à 1,2 milliard d’euros au 1er semestre 2019, en augmentation de 50% par rapport au S1 2018.   
 
Le financement de l’immatériel (Prêt Sans Garantie), qui totalise plus de 1,1 milliard d’euros d’engagement, est particulièrement dynamique dans l’industrie, comme l’atteste la vitalité du Prêt French Fab. Ce prêt finance des projets d’accroissement de capacités industrielles de mise sur le marché de nouveaux produits ou de mise en place de nouveaux processus pour l’Industrie du futur, a vu son activité doubler par rapport à juin 2018, avec plus de 170 millions d’engagement.
 
Côté TPE, les Prêts Croissance TPE mis en place avec les Régions, qui facilitent l’accès au crédit des petites entreprises, poursuivent leur montée en puissance, à 24 millions d’euros (+35% par rapport au 1er semestre 2019).
 
Bpifrance a par ailleurs injecté 4,4 milliards d’euros d’avances (hors CICE) dans la trésorerie des entreprises. Ce niveau d’activité, qui affiche une hausse de 10% par rapport à juin 2018, matérialise l’augmentation des besoins de financement des entreprises, portée par leur croissance, en particulier dans le secteur du BTP.
 

3. Aides et financement de l’Innovation : LEGER RECUL AU 1ER SEMESTRE QUI DEVRAIT ETRE COMPENSE AU 2ND SEMESTRE PAR un NOMBRE ACCRU DE PROJETS ET PAR UNE BONNE DYNAMIQUE DE PRETS.  
Le recul observé des aides et prêts à l’innovation s’explique par différents facteurs : d’une part la baisse des ressources financières de l’Etat reçues par Bpifrance (arrêt annoncé du Fonds Unique Interministériel en 2019, fin du programme PIAVE), d’autre part la sélectivité accrue des programmes nationaux (que ce soit concours, programmes collaboratifs ou filières) avec des exigences fortes en termes de montage de projets, de gouvernance, de degré d’innovation et d’enjeux industriels. Néanmoins, la seconde partie de l’année verra aboutir un nombre accru de programmes collaboratifs, ce qui devrait globalement compenser leur recul du 1er semestre. L’activité de prêts aux entreprises innovantes devrait également bénéficier au second semestre d’une activité plus dynamique.
 
Lancé début 2019, le plan Deeptech, qui a pour objectif de doubler le nombre de start-ups Deeptech d’ici 2023 en créant un continuum de financement et d’accompagnement, est en cours de déploiement. Plus de 200 start-ups ont d’ores et déjà bénéficié de financements ad-hoc, à travers plusieurs outils dédiés : Bourses French Tech Emergence, Aides au développement deeptech, Concours i-Lab et i-Nov, fonds French Tech Seed, etc.
 

4. Capital investissement : UN SEMESTRE INTENSE, TANT EN INVESTISSEMENTS QU’EN CESSIONS, TEMOIN DE LA VOLONTE DE bpifrance DE FAIRE TOURNER ACTIVEMENT SON PORTEFEUILLE DE TITRES  

Capital Innovation :
Le 1er semestre 2019 confirme la dynamique exceptionnelle pour les start-ups de la French Tech. L’activité d’investissement direct se stabilise à très haut niveau en totalisant 170 millions d’euros au premier semestre, soit un niveau proche des montants investis au S1 2018. Ce niveau d’activité exceptionnel est directement lié aux montants records levés par les startups de la French Tech au cours du 1er semestre 2019, qui s’élèvent à près de 3 milliards d’euros.
 
Près de 115 millions d’euros ont été investis par le fonds Large Venture, au travers d’une dizaine d’opérations, avec un équilibre entre nouveaux investissements (60 M€) et réinvestissements (55 M€). Cette dynamique confirme la volonté de Bpifrance d’accompagner les start-ups en hyper croissance, dans le cadre de levées significatives, une tendance de fond du marché. Parmi les nouveaux investissements réalisés au premier semestre par le fonds Large Venture figurent notamment Payfit, Vestiaire Collective, 360Learning, Ornikar. Les principaux réinvestissements opérés sont : Younited Credit, DBV Technologies et Doctolib.
 
L’activité du pôle Sciences de la vie et Ecotechnologies reste bien orientée au 1er semestre 2019 avec une quinzaine d’opérations réalisées pour 30 millions d’euros (dont 24 M€ de réinvestissements). Les principales opérations sont les suivantes : Cubyn et NH Theraguix pour les nouveaux investissements et Brainever et Dynacure pour les principaux réinvestissements réalisés.

Les fonds du pôle Numérique ont réalisé une dizaine d’opérations pour 6 millions d’euros dont deux nouveaux investissements (Mindee et Wattsense) et près d’une dizaine de réinvestissements (dont Balyo, Livestorm et Captain Contrat).
Le fonds PSIM, géré par Bpifrance pour le compte de l’Etat dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir, a investi près de 17 millions d’euros via 5 opérations (dont Ergosup, Dreem et Bioserenity).

Les cessions en Capital innovation ont généré 149 millions d’euros de produits de cessions, soit cinq fois le niveau réalisé en 2018 à mi-année. Elles se concentrent sur le fonds Large Venture (notamment la cession de Kyriba), sur le pôle Sciences de la vie et Ecotechnologies (cession de Therachon et d’Adverum Biotechnologies).
 
Capital développement : PME, ETI et Grandes Entreprises :
Les activités de Capital développement affichent un niveau d’investissement presque trois plus élevé que celui de 2018 à mi-année. Parallèlement, avec près de 80 opérations réalisées depuis le début de l’année 2019, pour 1 174 millions d’euros, les cessions affichent également un niveau élevé, confirmant la dynamique de rotation du portefeuille de Bpifrance, amorcée ces deux dernières années.
 
Les Grandes Entreprises et ETI françaises concentrent le gros de l’activité d’investissement direct réalisée en Capital développement au 1er semestre 2019, avec 26 opérations pour 665 millions d’euros, dont l’acquisition de plus de 5% du capital de Valeo.
Les investissements en fonds propres et dette privée/mezzanine dans les ETI françaises s’inscrivent en forte croissance à 182 millions d’euros, soit plus de deux fois le niveau réalisé en 2018 à mi-année, et se concentrent sur les opérations suivantes : Sabena Technics, Bastide, Sagesse Retraite Santé, Hardis, Efeso, Addev, Redspher, Spherea et Passman pour les nouveaux investissements et Eren Renewable Energy, GPS et INSEEC U pour les réinvestissements réalisés.
 
 Au cours du 1er semestre 2019, le fonds SPI (Société de Projets Industriels) a également investi dans Mycrophyt, société spécialisée dans le développement, la production et la commercialisation d’ingrédients actifs issus de microalgues, dans Forsee Power, expert français des systèmes de batteries intelligents pour la mobilité urbaine,  et dans Vallourec Umbilicals.
 
En termes de cessions, deux opérations majeures ont été réalisées: d’une part la cession totale de la participation de Bpifrance dans Gemalto, réalisée dans le cadre de l’offre publique d’achat lancée par Thalès fin 2017, et d’autre part la cession partielle de 6,7 % du capital d’Eutelsat Communications.
 
Sur le segment des ETI, le semestre a été marqué notamment par la cession partielle de Talend, ainsi que la cession totale de la dette mezzanine de Moving.  
 
L’activité de Capital investissement international, réalisée en partenariat avec les fonds souverains étrangers, a connu également une belle dynamique au 1er semestre avec trois opérations pour 64 millions d’euros, dont la principale concerne l’investissement dans les centres de fitness Moving pour 56 millions d’euros.
La dynamique en termes de cessions a également été forte avec 3 opérations de cessions totales, pour un produit de cession total encaissé de 106 millions d’euros (Neovia, PlaYce et Lumière Holdings).
 
Les investissements directs dans les PME ont légèrement décru en valeur à 75 millions d’euros (-8 %) après une année 2018 exceptionnelle, mais demeurent très dynamiques en volume avec 45 opérations réalisées (contre 46 opérations en 2018 à mi année). 27 nouveaux investissements ont été réalisés pour près de 66 millions d’euros.
Sur l’ensemble du portefeuille de participations dans les PME, 62% représentent des primo-ouvertures de capital.
33 des 45 opérations ont été réalisées en région pour un montant total de 63 millions d’euros dont 22 nouveaux investissements pour près de 58 millions d’euros (dont Camerus, Sofrilog, Tournus Equipement, ALPINA, Geosat, Académie des Neiges, CTP Environnement et Groupe Merling Torréfacteur pour les nouveaux investissements les plus significatifs).
 
Les PME concentrent plus de la moitié des opérations de cession réalisées en Capital développement direct depuis le début de l’année 2019 et affichent un produit de cession total record de 71 millions d’euros (+29 %).
 
La majorité des cessions totales a été réalisée en régions avec une trentaine d’opérations pour plus de 60 millions d’euros de produits de cessions (dont Aerolima, Aerospace Distribution Service, ARD, Explore, Financière Maconnaise,  Groupe CET, Groupe Sereliance, MTC Maisons Individuelles, Socafna, SOFIMS).
 
Fonds de Fonds :
Avec une activité toujours bien orientée, le métier conforte son rôle clé dans le développement des fonds d’investissement français.
 
Avec 354 millions d’euros souscrits dans 29 fonds, dont 113 millions d’euros pour le compte du Programme d’investissements d’avenir (PIA), l’activité de Fonds de Fonds se maintient à un haut niveau d’activité.
 
Au cours du 1er semestre 2019, les souscriptions les plus significatives concernent le Capital innovation (ex. Sino-French Innovation Fund II, Future Positive Fund I, Digital Health 2, Sumeru Equity Partners Fund III). Les souscriptions réalisées dans les fonds d’amorçage ont été soutenues depuis le début de l’année 2019 (ex. Digital Health 2, Partech Entrepreneur Fund III, Brienne III, Sofinnova MD Start III, Breega Capital Venture III, Agrinnovation, Technocom III) avec la montée en puissance du fonds FNA 2 géré par Bpifrance pour le compte du Programme d’investissements d’avenir.
 
Les distributions reçues par les fonds de fonds ont atteint, à mi année 2019, un niveau historiquement élevé à 232 millions d’euros (+55 M€ de distributions encaissées, soit +31% par rapport au 1er semestre 2018).
 

5. EXPORT : une OFFRE UNIFIEE AU SERVICE d’UN NOMBRE CROISSANT DE PME / ETI  
La gamme de Bpifrance a continué de s’enrichir et son continuum apporte de manière intégrée des solutions d’assurance, de financement et d’accompagnement, répondant aux problématiques de globalisation de nos clients de toute taille.
 
Les produits Export s’affichent globalement en hausse par rapport au 1er semestre de l’année précédente.
Les montants accordés en Assurance Prospection sont en très forte hausse en raison du succès de la nouvelle version du produit, plus simple et plus attractive, qui dispense immédiatement aux entreprises les ressources nécessaires aux déploiements de leurs missions de prospection.
 
Le début d’année est également prometteur pour l’Assurance Change avec notamment une offre élargie à plus de 40 devises, et pour l’Assurance Cautions Export et la Garantie des préfinancements, grâce au dynamisme du réseau Bpifrance et aux efforts de digitalisation réalisés avec une approche client, résolument orientée ETI/PME.
 
Seule l’Assurance-Crédit affiche des montants accordés en baisse, dans un contexte d’élargissement de sa clientèle, notamment avec des demandes accrues issues des ETI/PME.
 
L’activité Crédit Export réalise un 1er semestre 2019 en hausse, avec de nombreux nouveaux projets restant à conclure d’ici la fin de l’année.

6. Accompagnement : UNE ACTIVITE EN FORTE CROISSANCE SUR LE PREMIER SEMESTRE, TIREE PAR LA DYNAMIQUE DES ACCELERATEURS
L’activité d’accompagnement des entreprises a poursuivi son développement sur le premier semestre avec 1008 missions de conseil réalisées, une hausse de + 35% par rapport au 1er semestre 2018. L’activité de formation présentielle est deux fois plus importante qu’au S1 2018, tandis que l’accompagnement en ligne a réalisé plus de 35 700 sessions de formation (+26%) et 810 auto diagnostics.

Cette progression s’est appuyée sur une satisfaction maintenue à des niveaux très élevés (97% de clients satisfaits) dans un contexte de forte croissance de l’activité. La gamme de missions de conseils a été complétée avec 5 nouveaux modules à destination des Petites PME, un parcours complet sur l’Industrie du Futur alliant Stratégie et Technologie et un module « Croître à travers la crise ».

Le développement des accélérateurs a fortement tiré l’activité d’accompagnement puisque le nombre de nouveaux accélérés à mi-année a quasiment doublé par rapport au S1 2018 : 241 nouveaux accélérés à fin juin (contre 123 sur au S1 2018) notamment via le lancement de 3 nouveaux accélérateurs régionaux et de 5 accélérateurs filières (Automobile, Plasturgie, Agroalimentaire, Ingénierie, Transition Energétique).

Depuis le lancement de son premier programme Accélérateur en 2015, Bpifrance a accompagné 840 entreprises en déployant des programmes spécifiques et sur-mesure à destination des PME/ETI dans 33 promotions Accélérateurs nationaux, régionaux et sectoriels.

Le 1er semestre a également vu Bpifrance déployer le French Fab Tour, une grande tournée itinérante dans 60 villes françaises pour promouvoir l’industrie, recruter des talents et fédérer les acteurs des écosystèmes qui participent à son dévéloppement économique. Dans sa déclinaison estivale, ce sont au total près de 480 000 français qui ont participé au French Fab Tour dans 18 grandes stations balnéraires françaises, du Nord au Sud de la France.

7.CREATION : une forte dynamique des actions suite à l’integration de l’Agence France Entrepreneur (AFE) et des activités de soutien aux reseaux d’appui à la création Dans un contexte de très forte dynamique de la création d’entreprises en France (nouveau record battu en 2018 avec plus de 600 000 créations) Bpifrance assume depuis le 1er janvier 2019 de nouvelles mission de soutien à la création d’entreprises, précédemment exercées par la Caisse des Dépôts et l’Agence France Entrepreneur.
 
Pour assurer ces missions, Bpifrance intervient en appui des acteurs de l’accompagnement à la création afin de mieux :

  • préparer et orienter les porteurs de projets (notamment via le site Bpifrance-création.fr ouvert en février dernier)
  • financer ces projets
  • accompagner les créateurs au travers d’une gamme d’accélérateurs déployés partout en France

 
Pour mener ces actions Bpifrance s’appuie sur les réseaux de soutien à la création d’entreprise et apporte plus de 50 millions d’euros de financement pour favoriser l’accompagnement et le financement de la création d’entreprises.
 
Bpifrance s’est engagé à promouvoir la vision de l’Entrepreneuriat Pour Tous sur l’ensemble du territoire en soutenant la création et le développement des entreprises dans les territoires fragiles. Une tournée de 40 dates est en cours de déploiement pour présenter le bouquet de solutions d’accompagnement et de financement, de promouvoir les réseaux et d’aller à la rencontre des entrepreneurs.

8. Partenariats régionaux : la poursuite d’une dynamique partenariale
Les partenariats avec les Régions et les territoires ont été très dynamiques au 1er semestre. En complément des dispositifs classiques de soutien en garantie, en innovation, en financement, en accompagnement mis en place avec nos partenaires régionaux pour soutenir les entreprises de leurs territoires, de nouvelles actions ont été engagées au 1er semestre.
 
A titre d’exemple, les Régions se sont mobilisées aux cotés de Bpifrance et de ses partenaires dans le French Fab Tour et le déploiement du Volontariat Territorial en Entreprise (VTE). De nouveaux accélérateurs, notamment ciblés vers les Petites Entreprises ont été lancé avec nos partenaires territoriaux en région Centre-Val de Loire, en Seine Saint-Denis, à Nice et à Marseille. Ces dispositifs sont complémentaires des Prêts croissance TPE financés grâce aux Régions.