Singulart lève 1,1 millions d’euros pour sa Marketplace d’œuvres d’art

Singulart annonce une levée de 1,1 millions d’euros pour sa marketplace d’œuvres d’art, auprès du fonds F3A, géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, et de business angels


Cette levée ambitieuse permet le lancement du site de vente en ligne d’œuvres d’art, qui présente déjà un inventaire de qualité et arbore un positionnement résolument international. Singulart se lance à un moment propice, où le marché de l’art (50MM€) commence à saisir l’opportunité offerte par le numérique pour se réinventer.

Une marketplace en C to C qui mise sur la digitalisation des artistes pour changer le marché de l’art

Singulart permet à des collectionneurs du monde entier de découvrir et d’acquérir des œuvres d’artistes minutieusement sélectionnés à l’international. Plus de 150 peintres et photographes de vingt-trois nationalités, proposent à la vente 2.800 œuvres entre 500€ et 10.000€. Parmi eux, des grands noms de la photographie et de la peinture contemporaine comme le sud-africain Graeme Williams ou l’allemand Wolfgang Neumann.

Singulart permet aux artistes de prendre le virage du numérique sans connaissance digitale. La startup leur apporte une interface rapide à prendre en main, leur permettant de gérer facilement la mise en ligne de leurs œuvres.

En sélectionnant des artistes ayant déjà une belle notoriété dans leur pays de résidence (expositions individuelles, récompenses, résidences, publications etc), Singulart rassure collectionneurs et acheteurs familiers du marché de l’art, tout en s’ouvrant à un marché d’amateurs plus novices mais curieux, et avides de découvertes.

Lever 1M€ pour être international dès le premier jour

Singulart a su s’entourer de business angels venant à la fois de la tech et de l’art, notamment des collectionneurs n’ayant jamais investi en startup et séduits par la mission «  Empower artists » que portent les fondateurs. Bpifrance a également investi, à travers son Fonds Ambition Amorçage Angels (F3A) favorisant ainsi un développement rapide.

Le montant levé va permettre de recruter une équipe d’Artist Liaison trilingue en charge de recruter des artistes résidant principalement en Allemagne, France et Royaume-Uni. Côté technique, Singulart mise dans le développement d’une interface intelligente pour détecter les goûts des amateurs d’art et leur proposer ainsi des sélections d’œuvres d’art personnalisées.

Un time-to-market judicieux sur un marché qui a validé l’opportunité des ventes en ligne

Le marché de l’art est estimé à l’international à 49,7MM€ par les deux rapports Hiscox et TEFAF de 2017. Le premier marché de l’art, celui visé par Singulart est chiffré à 17MM€.

Les deux rapports soulignent également que les acheteurs se montrent de plus en plus réceptifs aux opportunités d’achat en ligne.

La part des ventes en ligne ne cesse de croitre, elle est estimée à 3,75MM€ pour 2016, soit 8,4% du marché. Selon Artsy, la marketplace américaine pour les galeries qui vient de lever 50M$ en série D, seuls 2% des acheteurs potentiels seraient actifs sur le marché : une nouvelle manne de collectionneurs peut donc être conquise par le digital.

Les ventes 100% en ligne sont aujourd’hui principalement concentrées sur le marché de la revente, et sur les plateformes de vente aux enchères en ligne des grandes maisons comme Christie’s ou Sotheby’s.

Cette tendance montre cependant la facilité grandissante des acheteurs à acquérir une œuvre sans jamais l’avoir vue. Deux conditions à cela, reprises par Singulart : des prix entre 500€ et 10.000€ correspondant à un achat coup de cœur, et une confiance forte dans l’intermédiaire.

Une innovation dans l’art portée par un trio très complémentaire

Singulart a été fondée en février 2017 par trois entrepreneurs passionnés par l’art, l’international et le digital.

Brice Lecompte, formé à Centrale Marseille, a dirigé pendant quatre ans l’agence média KRDS en Inde puis a passé un an chez Critéo : il est l’homme de l’analyse et de la data, responsable de l’acquisition des clients en ligne et des opérations.

Véra Kempf a appris le hongrois à SciencesPo pour mieux comprendre Robert Capa avant de découvrir sa vocation entrepreneuriale en Afrique. Elle est chargée du recrutement des artistes et du développement produit.

Denis Fayolle est quant à lui un serial entrepreneur à succès qui a cofondé LaFourchette.com (revendue à TripAdvisor pour 150M$), Habiteo et Adrénaline Hunter et a été le premier business angel de Mano Mano (levée de 60M€ début septembre) et de Zensoon (revendu à Wahanda plusieurs millions €). Il accompagne au quotidien Véra et Brice dans leurs domaines respectifs.