Sept industriels sur dix sont optimistes pour l’avenir de l’industrie française et souhaitent une vision collective pour l’industrie, construite à partir du terrain

Bpifrance Le Lab dévoile les résultats de sa grande enquête « Avenir de l’industrie », menée auprès de toutes les PME et ETI industrielles françaises. Parmi les 2055 répondants, 70 % se disent optimistes pour l’avenir de l’industrie en France et six sur dix anticipent une croissance de leur propre activité dans les trois prochaines années. Pour les dirigeants, l’industrie du futur se réduit encore trop souvent à sa seule dimension technologique.
 
Sept dirigeants de PME et d’ETI industrielles sur dix se déclarent confiants pour l’avenir de l’industrie française. Six sur dix tablent, par ailleurs, sur une croissance de leur propre activité dans les trois prochaines années.. Cet optimisme des dirigeants, qui tranche avec le regard inquiet trop souvent porté sur le secteur, est le principal enseignement de l’enquête conduite par Bpifrance Le Lab entre avril et juillet derniers.
 
Les dirigeants de PME-ETI interrogées ont parfaitement intégré l’enjeu de modernisation de l’outil de production et en font un axe important voire prioritaire de leur stratégie. En revanche, il ressort que pour 58 % des dirigeants interrogés, l’industrie du futur ne se résume pas à l’intégration de nouvelles technologies (cobots, imprimantes 3D, maquettes virtuelles …). La transformation de l’entreprise doit être plus profonde et inclure notamment un modèle d’innovation ouvert, une meilleure prise en compte des aspects environnementaux et sociétaux dans la production industrielle ou encore l’introduction de nouvelles formes de management. Ainsi 63 % ont commencé à faire évoluer leur modèle d’affaires, leur schéma industriel ou encore leur organisation. Toutefois, on relève que le manque de compétences adaptées constitue l’un des trois principaux freins à la transformation et même le premier pour les ETI.
 
Beaucoup de dirigeants insistent sur la nécessité d’accorder une place plus importante à l’innovation sous toutes ses formes et de valoriser davantage le « Made in France », qui augmentent les chances de succès à l’international. Au cours des trois dernières années, 60 % des PME et ETI répondantes ont mis sur le marché un nouveau produit (breveté dans 30 % des cas) ou utilisé un nouveau procédé de production, de commercialisation ou d’organisation. L’innovation est d’ailleurs le premier domaine dans lequel les PME et ETI s’associent avec des partenaires externes (aux premiers rangs desquels leurs pairs et les instituts de recherche).
 
« Les entretiens individuels menés dans le cadre de cette étude révèlent des industriels confiants et volontaristes. Ils ne nient pas leurs difficultés et sont demandeurs d’un récit collectif positif. L’industrie du futur, loin de se réduire à une course individuelle aux technologies, est, aux yeux des dirigeants une notion à multiples dimensions où chacun a un rôle à jouer : les entreprises, les grands donneurs d’ordre, les collectivités territoriales, les écoles et l’Etat. C’est là tout le sens du mouvement French Fab : jouer collectif sous un étendard commun », affirme Elise Tissier, Directrice de Bpifrance le Lab.