Résultats de la 65ème enquête de conjoncture des PME : amélioration confirmée et renforcée pour tous les secteurs

Paris, le 21 juillet 2017- L’amélioration de la situation des PME s’est confirmée et renforcée au premier semestre 2017, poursuivant en l’amplifiant le redressement de 2016. L’activité et les embauches accélèrent, la santé financière s’améliore et l’investissement progresse. Une dynamique de plus en plus solide et homogène selon les secteurs.

Plusieurs enseignements sont à tirer de cette enquête semestrielle dont la croissance de l’activité et de l’emploi en 2017 attendue au meilleur niveau depuis 2011 et une homogénéité de l’accélération positive pour tous les secteurs

  1. Les perspectives d’activité ont fortement rebondi par rapport à l’année dernière. En mai, 40% des PME anticipent une hausse du CA pour 2017 et 19% une baisse. Le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité gagne 8 points en un an, à +21, ce qui favorise l’accélération des embauches.
  2. L’indicateur d’emploi s’inscrit à +13, après +9 en novembre 2016 et +5 en mai 2016. Les deux indicateurs dépassent ainsi leur moyenne de long terme, respectivement à +18 pour l’activité et à +8 pour l’emploi.

De ce fait, les difficultés de recrutement exprimées par les PME progressent, 34% exprimant de fortes difficultés, soit à peu près le même niveau qu’en 2007.

  1. L’accélération est plus homogène cette année, avec notamment le rattrapage de deux secteurs encore en difficulté en 2016, la Construction et le Tourisme. L’indicateur prévisionnel d’activité progresse sur douze mois de respectivement 19 points et 15 points pour ces deux secteurs. Le rebond est également très net sur l’emploi, dont l’indicateur gagne 15 points dans la Construction et 11 points dans le Tourisme.

Les entreprises innovantes, qui constituent le tiers des PME, sont les plus optimistes, avec un solde sur l’activité de +38. Les PME exportatrices, soit le quart de l’échantillon, sont de même particulièrement confiantes sur l’évolution de leur activité en 2017, avec un solde de +33, au plus haut depuis 2011. Ces plus internationalisées repartent, après un ralentissement en 2016, également noté chez les ETI, conséquence de l’atonie du commerce mondial l’année passée.

  1. La situation financière accentue son redressement avec une situation de trésorerie assouplie et une rentabilité en hausse. Le jugement sur la situation de trésorerie (-9 en solde d’opinion) se situe au-dessus de sa moyenne sur 20 ans (-19), retrouvant son niveau d’avant crise. Les trésoreries sont maintenant à peine plus serrées chez les TPE (-12) que chez les PME de taille plus importante (-7).

Le desserrement de la contrainte de trésorerie et l’amélioration de la rentabilité (solde d’opinion nul, après -4 en mai 2016), jugée au plus haut depuis l’exercice 2011 dans la plupart des secteurs, se traduisent par un accès plus facile aux crédits de trésorerie (15% ont rencontré des difficultés au cours des 6 derniers mois contre 18% dans l’enquête de novembre) et stable à un niveau très faible pour les concours à l’investissement (8%). Les conditions d’accès des PME aux concours financiers externes n’ont jamais été aussi favorables depuis le début de la décennie, date d’introduction du questionnement dans l’enquête de Bpifrance.

  1. Les prévisions d’investissement progressent. En mai 2017, 50% des PME de l’échantillon prévoient la réalisation d’au moins un investissement dans l’année, à comparer à 47% un an plus tôt. La proportion moyenne était de 60% avant la crise de 2008. Les intentions d’investissement sont plus volontaristes qu’en 2016, l’indicateur passant en un an de -2 à +3, soit à peine en dessous du dernier point haut de mai 2011 (+5).

La tendance devrait se prolonger voir se renforcer au second semestre 2017.

Les freins à l’investissement continuent de se desserrer : la demande reprend des couleurs, le coût du crédit reste au plus bas et la rentabilité se redresse. Les carnets de commandes sont attendus en nette hausse d’ici la fin de l’année, l’indicateur prévisionnel des carnets des six prochains mois étant le plus élevé depuis mai 2007, à +15.

Dans ce contexte, l’embellie devrait se prolonger jusqu’à la fin de l’année, et même au-delà, selon les PME. Les rythmes d’avant crise, pour l’activité et l’emploi, ne sont pas encore tout à fait retrouvés mais le redressement se poursuit et surtout devient de plus en plus homogène et solide.

Les perspectives sur l’emploi se renforcent notablement, avec un indicateur prévisionnel pour 2018 en progression (+23 contre +14 lors de l’interrogation d’il y a un an).

Pour Philippe Mutricy, Directeur des Etudes Bpifrance : « Notre enquête réalisée ce mois-ci auprès de 4500 PME, confirme de façon très nette la sortie de crise de l’économie française, avec une série d’indicateurs très positifs. La probabilité que cette bonne situation se prolonge est forte. Notre économie peut connaître un « âge d’or » propice à l’investissement et à l’emploi, sur les 30 prochains mois, »

Condition de réalisation de l’enquête :

La 65ème enquête semestrielle de conjoncture de Bpifrance Le Lab a été réalisée par interrogation de 29 100 entreprises de 1 à 249 salariés début mai 2017, par voie postale ou numérique. L’analyse s’appuie sur un échantillon de 4 420 réponses reçues avant le 8 juin.

Les premiers résultats de synthèse sont disponibles sur le site www.bpifrance-lelab.fr. Les analyses sectorielles complémentaires, les extraits régionaux ainsi que les principales données de résultat seront diffusés dans les prochaines semaines.