RAPPORT PME 2018

L’année 2017 annonce-t-elle un point haut dans le cycle d’activité des PME et des ETI ? 

Avec PME 2018, l’Observatoire des PME de Bpifrance signe la 14e édition de son Rapport annuel sur l’évolution des PME et des ETI en France, un concentré d’analyses sur leurs tendances économiques et financières de l’année 2017, enrichi de séries de données sur cinq à dix ans pour en appréhender l’évolution dans la durée.

Point d’orgue de deux années déjà très favorables à l’activité des PME et des ETI en France, 2017 est l’année des records pour beaucoup d’indicateurs relatifs à leur situation économique et financière : les créations n’ont jamais été aussi nombreuses depuis 2010 et leur sinistralité recule bien en dessous du niveau d’avant-crise. L’activité du capital-investissement français atteint un pic en nombre d’entreprises financées et en levées de fonds avec un montant inégalé depuis vingt ans. Le nombre d’entreprises bénéficiant du statut de Jeune entreprise innovante est au plus haut depuis 2004, date de mise en œuvre de la mesure. Pour d’autres indicateurs, l’année 2017 consolide dans la durée leur évolution tendancielle à la hausse, notamment chez les PME.

PME 2018 : 2017 est l’année des records et de la confirmation de la hausse d’activité des PME et des ETI !
 
Les indicateurs sur les PME et les ETI sont au beau fixe en 2017, entrainés par un contexte macroéconomique français toujours plus favorable. Ils consolident la tendance haussière observée pour la troisème année consécutive.
 
Faits majeurs de 2017
 
Avec 591 000 nouvelles entreprises, les créations continuent de progresser dans quasiment tous les secteurs et toutes les régions de France, à un rythme plus élevé qu’un an auparavant, et atteignent des sommets inégalés depuis le début de la décennie.
 
Dans le même temps, la sinistralité des entreprises reflue de nouveau quels que soient leur âge, leur taille et leur région d’implantation, et passe sous son niveau d’avant-crise avec 55 300 défaillances. Dans ce contexte, le nombre d’emplois menacés par des procédures collectives tombe, pour la première fois depuis dix ans, nettement sous le seuil des 200 000, pour atteindre 172 000.
 
Les capitaux propres et le chiffre d’affaires total des PME sont en hausse pour la troisième année consécutive, et leur investissement augmente dans tous les secteurs à l’exception du Commerce qui enregistre un recul non négligeable, compensant la progression observée ailleurs.
 
Ces PME, et toujours en premier lieu les microentreprises, participent à la progression des exportations françaises de biens, et confortent leurs propres performances par rapport à l’année précédente : 4,6 % d’augmentation des montants exportés pour les microentreprises et 1 % pour les autres PME.
 
Côté financement, l’activité de capital-investissement atteint des sommets en 2017 avec une cinquième année de hausse des montants investis (14,3 Md€), un nombre d’entreprises investies au plus haut (2 142) et une collecte de fonds la plus élevée depuis vingt ans (16,5 Md€).
 
La France demeure aussi l’un des pays les plus favorables en matière d’accès des PME aux crédits bancaires, comme l’illustre* la progression continue des prêts (+ 3,7 %) supérieure à la valeur médiane des pays de l’OCDE, la baisse des taux d’intérêt, la hausse du taux d’acceptation des demandes de crédit ou encore des exigences de garantie au plus bas (la France se situe à nouveau en tête avec seulement 5 % de PME qui ont eu besoin de prendre de nouvelles garanties pour l’obtention d’un prêt).
 
En matière de R&D et d’innovation, les PME représentent toujours plus des trois quarts des entreprises réalisant des activités de R&D, assurent 1/6e de la dépense intérieure de R&D et demeurent la catégorie d’entreprise qui consacre la part la plus élevée de son chiffre d’affaires à l’exécution de travaux de R&D (7,9 % contre 2,7 % pour l’ensemble des entreprises)*.
 
En quatorze années d’existence, plus de 9 800 entreprises ont eu recours au dispositif Jeune entreprise innovante (JEI). Pour l’année 2017, ce nombre est de 3 800 JEI, dont 902 sont entrées dans le dispositif cette même année, un nombre record depuis l’instauration de la mesure en 2004.
 
Quant aux PME membres d’un pôle de compétitivité, elles surperforment tant en termes de croissance du chiffre d’affaires (+ 28 points de pourcentage par rapport aux PME comparables non membres des pôles) que de progression des effectifs salariés (+ 28 points)*.
 
* Dernières données disponibles : année 2016.
 
 
Retrouvez le Rapport PME 2018 et ses contenus enrichis en analyses, graphiques et données en téléchargement libre sur : https://library.bpifrance-lelab.fr/PME18
 
 
Pour être informé des analyses produites par l’Observatoire des PME :