Num-Alim accélère, grâce au soutien financier de l’Etat, dans le cadre du Programme d’investissements d’Avenir, opéré par Bpifrance

Projet inédit au plan mondial, Num-Alim, la plateforme numérique de données ouvertes, fiables et exhaustives sur les produits alimentaires, accélère son développement, avec le versement par Bpifrance, pour le compte de l’Etat et au titre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), d’une première tranche de financement prévue dans le cadre d’un contrat d’aide de 3 millions d’euros.
 

La création de la plateforme française Num-Alim résulte des Etats Généraux de l’Alimentation organisés en 2017.
Reposant sur deux piliers (l’activité commerciale et le bien public), cette méta-base de données permettra d’obtenir, en effectuant le croisement des cartes d’identité numériques des aliments avec les évolutions de consommation, des analyses pointues des attentes du public, notamment en matière de nutrition et de développement durable. 
 Le 20 octobre 2019, Num-Alim a signé un contrat d’aide avec Bpifrance, d’un montant total de 3 millions d’euros, échelonné sur 3 ans, au titre du Programme d’investissements d’avenir (PIA).
Dans le cadre de cet accord, Bpifrance a réalisé le premier des quatre versements programmés en faveur du déploiement de Num-Alim. 
 
Jérôme François, directeur général de Num-Alim, souligne : « L’apport financier de Bpifrance va nous permettre d’accélérer notre développement à court et moyen terme. L’équipe à recruter pourra atteindre une quinzaine de personnes. Avec Num-Alim, nous misons sur une réponse performante et collective pour satisfaire la forte attente du public en terme d’information augmentée. Cette exigence sera d’ailleurs certainement renforcée par la crise du Covid-19. Le statut de Num-Alim, Société Coopérative d’Intérêt Collectif, permet la mobilisation de tous les acteurs : amont agricole représenté par Numagri, filières interprofessionnelles, transformation coopérative et industrielle, distribution, restauration et partenaires technologiques et de recherche. La société civile est également représentée au sein de la gouvernance, au travers d’associations de consommateurs ». 
 
Ariane Voyatzakis, responsable du secteur agroalimentaire à la direction de l’Innovation de Bpifrance, déclare : « Le projet de Num-Alim est ambitieux et stratégique pour la digitalisation du secteur agroalimentaire français. De manière exemplaire, il démontre la capacité de la filière alimentaire à se fédérer autour d’un objectif commun de souveraineté de ses donnéesNous sommes très fiers de porter le soutien public à cette filière d’excellence française ».
 
 
Principales missions de la plateforme Num-Alim :

  • Collecter un vaste répertoire de données, englobant l’ensemble de la chaîne alimentaire, dont celles de l’amont agricole en coordination avec Numagri, l’association fédérant le monde agricole. Objectif :  développer l’usage des données numériques pour valoriser les pratiques et les produits issus de l’agriculture et de la transformation industrielle et coopérative hexagonales,
  • Recenser l’historique des données permettant des études dynamiques sur les évolutions d’offre et de demande, selon des critères de qualité variés,
  • Produire, très régulièrement, des études sur les comportements alimentaires et leurs déterminants, les liens entre les différents répertoires alimentaires et la santé,
  • Préparer les étapes de traçabilité et de blockchain.
 
Un déploiement 2020-2023 en 4 étapes :
 
Dans le cadre de la poursuite de son développement, Num-Alim compte :
  • finaliser sa gouvernance, lors de son assemblée générale constitutive, le 1er juillet* prochain, dans les locaux de Bpifrance, et attirer de nouveaux partenaires entreprises. La création d’un Comité d’Ethique et d’un Comité Scientifique est également en cours,
  • numériser des informations de composition et de qualité nutritionnelle. Cette base de données, baptisée CodeOnline Food, est confiée à GS1 France, représentante de l’organisation internationale GS1 AISBL, connue pour accompagner les entreprises dans le déploiement de standards d’identification (codes à barres…). A l’étude également : la publication d’un livre blanc sur les enjeux des données produits, vecteurs de confiance et valeur. S’ensuivra l’organisation de conférences et sessions de réflexion et de formation, pour valoriser l’impact stratégique des données produits.
  • piloter le croisement de ces données produits avec d’autres sources (conso, référentiels qualité dans les domaines nutritionnel et développement durable…). Dans la foulée, sera proposé, en lien avec des organismes de recherche, un programme d’études « Bien Public » pour décrypter les choix d’alimentation des consommateurs et identifier des modèles d’adaptation répondant à leurs besoins spécifiques (âge, niveau d’activité, contraintes de santé…).
  • et enrichir la base des caractéristiques produits, via l’interconnexion des données issues de l’amont agricole, et en suivant des pilotes conçus avec Numagri à partir de  2021. A terme, Num-Alim contribuera à favoriser l’extension des solutions de traçabilité, avec des technologies blockchain.
 
*Sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire