Le numérique déroutant, Acte II : vers l’ubérisation des GAFA

La première étape de la révolution numérique a vu la digitalisation et la « plateformisation » de l’économie avec l’émergence de géants numériques qui « uberisent » de nombreux secteurs de l’économie. Aujourd’hui se dessine une deuxième étape remettant en cause tous les modèles existants. La combinaison de deux technologies révolutionnaires qui arrivent à maturité – la blockchain et l’intelligence artificielle (IA) – permet « d’uberiser » à leur tour ces mêmes plateformes. Pour toutes les entreprises qui auraient perdu la première manche de « l’ubérisation » de l’économie, s’ouvrent de nombreuses possibilités pour prendre leur revanche. Cet ouvrage a pour objectif de lever les incompréhensions et les craintes des dirigeants de PME-ETI face à ces technologies en apparence complexes mais qui pourraient devenir à court terme des relais de croissance durable et des outils de différenciation à portée de main.

Paris, le 8 janvier 2019 – Dans son premier Acte[1], Bpifrance Le Lab avait mis en évidence le « numérique déroutant », comme processus global de transformation de l’économie. Dans la recomposition souvent radicale de la chaîne de valeur, le numérique a permis à de nouveaux acteurs de capter, voire littéralement de « dérouter », du chiffre d’affaires au sein des chaînes de valeur traditionnelles, en supprimant les intermédiaires entre producteurs et consommateurs finaux. Mais la « plateformisation » de l’économie n’est pas le chapitre final de la révolution numérique et industrielle que nous vivons depuis 20 ans. La suppression des intermédiaires, telle qu’on la constate aujourd’hui, n’est qu’une étape de la transformation digitale actuelle. Nous ne sommes qu’à l’âge de bronze de la révolution digitale et les entreprises qui n’ont pas pris le train de « l’uberisation » de l’économie ont encore la possibilité de monter à bord pour tourner à leur avantage le nouveau chapitre de la révolution digitale qui est en train de s’écrire sous nos yeux.

La prochaine étape de la révolution numérique repose sur une combinaison, voire une potentialisation de deux technologies numériques en plein essor : la blockchain et l’intelligence artificielle. Prises isolément, ces technologies laissent espérer chacune de leur côté, l’apparition de nouveaux modèles économiques très prometteurs. Leur association permettra d’effectuer, en parfaite sécurité, des échanges de données et de valeurs (paiements, titres, etc.) avec n’importe quelle contrepartie ou client dans le monde, en se passant dans la plupart des cas d’acteurs intermédiaires pour certifier la transaction et assurer le paiement. De l’achat de séjours touristiques à la gestion logistique dans l’industrie ou la grande distribution, en passant évidemment par le commerce en ligne ou le transport de voyageur, c’est au tour des plateformes ubérisatrices de se faire « uberiser ».

Les chefs d’entreprise qui n’auraient pas pris le virage de l’ubérisation de l’économie peuvent donc se réjouir ! Il n’est pas trop tard pour entrer dans le jeu de la compétition digitale, à condition de ne pas reculer devant la complexité apparente du sujet. La combinaison entre intelligence artificielle et blockchain ne relève pas que de la technologie, et encore moins de la science-fiction. Elle tient davantage à la stratégie de court terme, et elle leur offre des opportunités de création rapide de valeur dans le grand jeu de la concurrence. Il ne s’agit plus de créer une énième plateforme internet d’échanges pour concurrencer celles qui existent déjà – il est d’ailleurs économiquement quasi impossible de les rattraper. Il vaut mieux investir directement dans la blockchain et dans l’IA.

Bpifrance Le Lab s’est fixé pour objectifs d’améliorer la connaissance des PME et ETI françaises, et de stimuler la réflexion stratégique des dirigeants, avec pour finalités une plus forte croissance des entreprises et un regain d’investissements pour construire la France de demain. C’est tout l’objet de cet ouvrage qui propose aux dirigeants de PME et ETI un premier livre à ouvrir avant de mettre en place une veille économique plus poussée, de rencontrer des start-ups très avancées dans cette nouvelle étape de la révolution numérique ou de décider de se former de manière plus pointue et de passer à l’action. La fin de l’histoire de la révolution digitale n’est pas encore écrite et les dirigeants de PME et ETI françaises y ont un rôle majeur à jouer.

« La fin du film de la révolution industrielle numérique n’est pas nécessairement tragique pour l’Europe et la France en particulier. Nous avons d’excellentes compétences, reconnues dans le monde entier, dans les domaines de la blockchain et de l’intelligence artificielle, qui sont les technologies clefs de la nouvelle transition économique qui s’annonce, explique Philippe Mutricy, Directeur de l’Evaluation, des Etudes et de la Prospective de Bpifrance – Fondateur et président de Bpifrance Le Lab. À l’instar de ce que l’on observe dans le secteur des Fintech depuis trois ans, l’enjeu pour les dirigeants d’entreprise est de se saisir vite des nouvelles opportunités créées par ces technologies pour mettre en place des stratégies d’alliance gagnantes-gagnantes avec les start-ups qui les maîtrisent. La transformation à l’ère du digital est aussi une invitation à jouer collectif. »

 


[1] Bpifrance Le Lab – Le Numérique déroutant – Février 2015