Igyxos lève 7,5 M€ pour financer le développement préclinique et clinique de son candidat médicament First-In-Class dans le traitement de l’infertilité humaine

Nouzilly, le 21 Mars 2019 – Igyxos, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’un nouveau traitement contre l’infertilité féminine et masculine, annonce aujourd’hui le succès de sa levée de fonds de 7,5 millions d’euros dans le cadre d’une Série A menée par Bpifrance, via le Fonds Accélération Biotechnologies Santé géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, aux côtés des Fonds Go Capital Amorçage II et Loire Valley Invest gérés par Go Capital et du Fonds Emergence Innovation II géré par Sofimac Innovation. Cette levée de fonds permettra à Igyxos de financer le développement de son candidat médicament jusqu’à la preuve de concept en clinique humaine.

Igyxos développe un traitement « First-In-Class », basé sur l’utilisation d’anticorps monoclonaux, permettant de lutter contre l’infertilité féminine et masculine.

L’infertilité, touche environ 70 millions de femmes et 30 millions d’hommes dans le monde et est, dans de nombreux cas, liée à un dérèglement hormonal. Ces hormones en charge de la régulation du cycle reproductif sont appelées les gonadotrophines. Elles sont produites naturellement par l’hypophyse (on parle alors de gonadotrophines endogènes), aussi bien chez la femme, où elles contrôlent la maturation des ovocytes et le déclenchement de l’ovulation, que chez l’homme, où elles régulent la spermatogénèse.

En cas de dysfonctionnement du cycle reproductif naturel, ces gonadotrophines peuvent alors être administrées de façon exogène comme médicament pour traiter l’infertilité. Elles constituent d’ailleurs le traitement de référence depuis les années 1960 marquant le début de la PMA (stimulation de l’ovulation avec ou sans insémination).

La prise en charge actuelle de l’infertilité demeure insatisfaisante avec des taux de réussite encore faibles (seulement 50% des couples traités ont un enfant après 4 cycles de traitements hormonaux en moyenne), des protocoles de traitements médicaux par gonadotrophines considérés comme lourds et coûteux (plusieurs injections par semaine sur une durée pouvant aller jusqu’à 2 ans chez l’homme) et enfin une faible observance (30 % des patients arrêtent en cours de traitement).

En développant un anticorps monoclonal capable de potentialiser la bioactivité des gonadotrophines endogènes et exogènes, Igyxos a l’ambition d’améliorer significativement la prise en charge thérapeutique des hommes et des femmes souffrants d’infertilité.

Pierre-Henry Longeray, qui rejoint la Société en tant que CEO, après avoir été Directeur Général de Merck Biopharma France, déclare : « Je suis heureux de rejoindre le projet Igyxos et de pouvoir accompagner son développement sur un marché que je connais bien, estimé à plus de 4 milliards d’euros. C’est un marché dynamique, en particulier avec l’accélération du développement de certains pays comme la Chine, le développement des cliniques spécialisées mais aussi l’augmentation de l’âge moyen de la procréation. »

Marie-Christine Maurel, fondatrice et CSO d’Igyxos indique : « Cette levée de fonds de 7,5M€ associée à l’arrivée de Pierre-Henry Longeray, et au soutien et à l’expertise du Professeur René Frydman qui nous accompagne depuis le début, constitue un réel espoir de voir le traitement développé par Igyxos arriver avec succès sur le marché. Nous tenons également à remercier nos investisseurs historiques Centre Capital Développement, Sofimac Régions et APICAP, ainsi que BPI Région Centre et la Région Centre Val de Loire, qui ont accompagné et soutenu financièrement notre projet depuis sa création. »

 « Nous sommes très enthousiastes à l’idée de soutenir l’équipe d’Igyxos dans le développement de son médicament innovant dans le domaine de l’infertilité. En effet, hormis l’arrivée des formes recombinantes, les traitements hormonaux substitutifs n’ont vu que très peu d’innovation depuis les années 60 et ont montré leurs limites chez un nombre significatif de patients et de patientes » déclarent Benoit Barteau de Bpifrance, Hervé Bachelot Lallier de Go Capital et Jean-Briac Lesné de Sofimac Innovation, avant d’ajouter « Le candidat médicament développé par Igyxos a le potentiel d’augmenter drastiquement le taux de naissance chez les couples traités contre l’infertilité. »

 
Conseils intervenus sur l’opération :
Conseil juridique d’Igyxos : Chammas & Marcheteau
Conseil financier d’Igyxos : Oaklins France
Conseil juridique des investisseurs : Gide Loyrette Nouel